Cuisine Avenue, le blog

Archive for janvier 2012

Didier Guillion

Didier Guillion

Etre curieux, explorer, tester, apprendre de ses échecs, se remettre en question, partager ses réussites, avec pour but : faire plaisir. Voici comme Didier Guillion se présente. Grand fidèle de notre autre site ChefSimon.com, Didier fut aussi l’un des premiers à s’intéresser à Cuisine Avenue également et à partager quelques recettes. Aussi, nous avons voulu l’en remercier en lui proposant de participer à cette petite interview de gourmet. Il nous a fait le plaisir d’accepter et, créatif, s’est même permis d’ajouter quelques questions aux nôtres… et il a bien eu raison !

Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?
Je cuisine au quotidien pour les membres de ma famille, soit 8-9 couverts par jour. Tous les types de cuisine m’intéressent tant qu’ils ne demandent pas des ingrédients trop difficiles à trouver. Je privilégie avant tout les recettes qui offrent un rapport complexité/résultat intéressant.
Mes livres de référence sont : "Le livre de Cuisine de Mme Saint Ange" pour les protocoles et tours de main, "La cuisine pour tous" de Ginette Mathiot pour les recettes.
Je suis nul en pâtisserie, mais je commence à maîtriser un peu les biscuits.

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?
Mon arrière-grand-mère était une excellente cuisinière. Elle m’a fait mettre très tôt la main à la pâte. Le coté physique, chimique, et parfois magique, de la transformation des ingrédients en "autre chose" m’a toujours fasciné.
Petit à petit, la cuisine est devenu pour moi un moyen de faire plaisir.
Et d’un point de vue égoïste, de toutes les taches du ménage, la cuisine est la moins ingrate : on entends plus souvent "Bon sang, que ce plat est bon !" que "Vraiment, cette chemise est bien repassée…".

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?
KitchenAid pour son robot mélangeur qui fait gagner un temps fou.
Alsa que ce soit pour sa Briochin ou sa levure chimique.

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez vous passer ?
Le cure-dent. C’est avec lui que je teste la cuisson de mes légumes et gâteaux.

Quel est l’ustensile dont vous vous passez sans problème ?
La cocotte minute. Je ne comprends pas comment l’on peut cuisiner quelque chose sans le voir, le toucher et le goûter.

Quel type de cuisine préférez vous ?
Celui dont j’ignore encore l’existence et que je vais découvrir la semaine prochaine ! Plus sérieusement, la cuisine traditionnelle Française.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?
La farine. La panification me fascine. C’est technique, c’est complexe, c’est vivant, c’est jamais gagné.

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?
Les Jeannots (échaudés à l’anis). C’est une recette traditionnelle de ma région et jalousement gardée. La recréer a été plutôt difficile.

Quelle est votre plus gros échec culinaire ?
Le Sauerbraten (boeuf mariné au vinaigre). J’ai eut l’occasion d’y gouter en Allemagne, c’est délicieux. Je n’ai pu trouver une recette qui tienne la route.
NDLR : le lien n’est pas de Didier Guillion mais de la rédaction. Il aura sans doute un oeil expert sur la recette ! Approuvée ou non Didier ?

A quelle table aimeriez vous être invité ?
Celle de Mme Saint Ange. On sait très peu de chose sur elle et j’aurai plein de questions à lui poser !

Pour finir, une petite anecdote culinaire ?
Je débutais en cuisine et j’ai voulu faire à des amis une recette de Colombo que l’on m’avait dicté par téléphone. Homophonie aidant, je n’avais pas compris que le piment "Antillais" devait rester "entier". Je l’ai donc haché tout menu. Même les vapeurs de cuisson étaient lacrymogènes. Le Colombo a été mangé tout de même, avec des "Non, non, ce n’est pas trop fort !" et les yeux en pleurs. J’ai précisé que c’était des amis ?

Merci Didier ! D’autres interviews de gourmets suivront prochainement, restez connectés !

Crêpes

La Chandeleur, ce grand festival de la crêpe, c'est le 2 février !

Voici que la Chandeleur approche. Qu’en dire ? Crêpes, crêpes, crêpes, et encore crêpes ! Les petits en raffolent et les grands adorent d’autant plus qu’à part une tartine à l’huile d’olive, on ne fait pas plus simple à préparer.

Sucrées, recouvertes d’une tonne de chantilly, de Nutella, de confitures et autres diaboliques tentations. Salées – ok les puristes, des galettes pas des crêpes – pliées en quarts ou roulées en ficelles, fourées à ce que vous aimez.

Et pour ceux qui les feront sauter, n’oubliez pas la tradition de le faire de la main droite une pièce dans la main gauche, supposée apporter prospérité toute l’année. Pas de bol pour les gauchers…

Voici notre sélection de 12 recettes de crêpes, galettes et accompagnements pour la Chandeleur :

En recettes sucrées :

En accompagnements sucrés :

En recettes salées :

Retrouvez également :

Gratin

Le gratin dauphinois est le plus emblématique des gratins mais il est loin d'être le seul

Je vous le dis clairement le gratin ça devrait être obligatoire. Au moins une fois pas semaine, hiver comme été, sucré ou salé.

C’est tranquille un gratin. Ça se prépare rapidement, ça supporte un peu d’improvisation, ça se met au four sans avoir besoin d’être énormément surveillé et ça fait souvent passer la pilule des légumes aux enfants.

Souvent on en fait trop et c’est tant mieux parce qu’il en reste une part le lendemain et réchauffé on trouve ça encore meilleur !

Voici notre sélection de 12 recettes de gratins :

En recettes salées :

En recettes sucrées :

Retrouvez également :