Archives pour la catégorie Interviews

Interview de gourmet : La Cuisine & Caro

La Cuisine & Caro

Caroline Boutoille, auteure du blog La Cuisine & Caro

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Caroline Boutoille, de Breux sur avre (dans l’Eure, en Normandie), auteure du blog « La Cuisine & Caro » qui a bien voulu répondre à nos questions !

Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

Maman de 3 enfants, souriante, gaie, fonceuse et passionnée, j’adore apprendre et créer… et la cuisine est un formidable terrain de jeu pour ça ! Ancienne directrice commerciale, à 35 ans je prends aujourd’hui le temps d’élever mes enfants et de chercher la voie qui me permettra de m’épanouir… Mes passions et passe-temps sont en premier lieu la cuisine, la photo et l’informatique. Je pratique le fitness, le footing et la danse, et je dévore aussi pas mal de livres.

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?

Des parents agriculteurs, une maman qui cuisine beaucoup, l’habitude des produits du jardin, des volailles, lapins et autres élevés à la ferme, et lorsque j’étais plus petite même du beurre et de la crème fraiche home made… forcement ça laisse des traces ! La cuisine est un art de vivre tout simplement. Je ne peux pas dissocier ma vie de la cuisine, j’ai toujours trouvé le temps et l’envie de cuisiner et de régaler ma petite famille et mes amis, même quand ma vie professionnelle m’imposait un rythme effréné. Je cuisine avec amour pour le plaisir des gens que j’aime, et je crois que c’est la meilleure recette.

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?

Pour l’alimentaire, je n’ai pas vraiment de « marque » préférée, j’utilise essentiellement des produits du jardin, du marché ou issus de producteurs locaux. Et pour les autres produits, la crème et le beurre d’Isigny, le chocolat Lindt ou Nestlé, les épices Thiercelin

En revanche côté ustensiles, je suis une accro des flexipans, ces moules sont bien pratiques, que ce soit pour des mini-tartelettes,  pour couler mes pâtes de fruits, réaliser des muffins, etc… Et j’apprécie aussi beaucoup l’aide de mon fidèle bras droit : chez moi, c’est le Cooking chef Kenwood.

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez-vous passer ?

Sans hésiter, la maryse ! J’adore plus que tout la pâtisserie et dans ce domaine, la maryse est LE truc indispensable. Pour mélanger sans casser, incorporer, saucer… Je déteste le gaspillage, d’ailleurs mes enfants ne me trouvent pas très drôle car il ne reste jamais beaucoup de matière à « lécher » dans les casseroles.

Quel type de cuisine préférez-vous ?

La cuisine Normande, j’entends par là la cuisine au beurre et à la crème fraiche… j’ai beaucoup de mal à cuisiner à l’huile.

Je suis très attachée à la cuisine traditionnelle française, même si je reste ouverte aux saveurs plus exotiques.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

J’aime particulièrement cuisiner le sucré, dans tous ces états… tartes, choux, macarons, guimauve, biscuits, etc…

Concernant le salé, j’adore les St Jacques, parce que c’est délicieux, facile et rapide à cuisiner et à accommoder !

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?

Sans conteste mon « Filet mignon de Porc au miel et romarin, Purée de chou fleur, Semoule de brocoli, Légumes glacés et Emulsion de poivron rouge » puisqu’il m’a permis d’obtenir le titre de championne du monde de cuisine amateur ! Forcément une belle réussite et de beaux souvenirs…

A quelle table aimeriez-vous être invité ?

Je n’ai pas de table particulière à citer… je n’ai malheureusement pas la chance d’aller au restaurant très souvent, alors je dirais à toutes les bonnes tables, à partir du moment où le restaurateur est honnête, j’entends par là qu’il respecte ses clients et ses produits en cuisinant des produits frais et en bannissant le tout prêt ! J’aime particulièrement découvrir de nouvelles associations de saveurs, mais aussi tout simplement déguster un plat traditionnel particulièrement bien travaillé sur le plan gustatif comme visuel.

Interview de gourmet : Les enfants du gône

Les enfants du gône

Nicolas Magotte, Les enfants du gône

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Nicolas Magotte aka Les enfants du gône qui a bien voulu répondre à nos questions !

Pouvez vous svp vous présenter en quelques mots ?

Je suis originaire de Lyon expatrié par amour, en Bretagne à Rennes. J’exerce le métier de conducteur accompagnateur de personnes handicapées. Lorsque je rentre d’une journée de travail, j’adore me mettre en cuisine pour décompresser et préparer de bons petits plats pour ma petite famille. Même si le frigo est vide, je trouve toujours le moyen de préparer quelque chose.

Qu’est ce qui vous a amené à la cuisine ?

Comme beaucoup, je pense, j’ai commencé dans les jupons de ma mère. En grandissant, il m’arrivait de la remplacer dans la préparation des repas du dimanche midi. Ensuite, j’ai travaillé au cours d’un été dans la cuisine d’un hôtel. Le chef me donnait des conseils, des recettes. J’ai adoré.

La cuisine est une vraie passion. Je passe mes journées à réfléchir au menu du soir. J’adore aller fouiner sur des sites pour trouver des idées, notamment celui de Chef Simon.

Quelles sont vos marques préférées ?

Je ne saurais me passer de mon Kitchen Aid. Sinon, je n’ai pas vraiment de marques préférées à part pour les pâtes : Barilla. J’en ai facilement 5 sortes différentes dans ma cuisine.

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez vous passer ?

Ça, c’est facile : ma sacoche à couteaux que ma femme m’a offerte. Elle me suit partout comme je ne peux pas me passer de cuisiner.

Quel type de cuisine préférez vous ?

Je suis né à Lyon donc j’ai toujours été imprégné de cette cuisine des mères lyonnaises. En même temps, j’avais une grand mère italienne et par mon père, j’ai des racines méditerranéennes. Donc ma cuisine est un doux mélange de toutes ces cultures. Mais elle est surtout familiale. Je ne cuisine pas pour la frime mais pour donner du plaisir. Si les gens passent un bon moment à table, je suis le plus heureux.
Enfin, j’ai épousé une normande donc j’ai ouvert mon champ un peu plus.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

J’ai longtemps aimé faire les volailles de par ma région de naissance mais c’est vrai que depuis que je me suis installé en Bretagne, je découvre les produits de la mer et je reconnais que je prends de plus en plus de plaisir à cuisiner un bon poisson frais comme le bar ou à préparer des coquillages.

Quel est votre plus belle réussite culinaire ?

Difficile de répondre ! Je dirais les filets de poulet gratinés au jambon avec des tagliatelles de légumes. Mais j’aime aussi faire de la pâtisserie et je fais une tarte au citron pas trop vilaine.

À quelle table aimeriez vous être invité ?

Ouh la ! Choix cornélien ! Je pense que mon cœur lyonnais va répondre la table d’un chef lyonnais, n’importe lequel ! Nicolas le Bec, Mathieu Vianney, Georges Blanc… Avec une préférence pour le chef de « La mère Brazier »  Mathieu Vianney.

Interview de gourmet : Alice Greetham aka Liliskit

Alice Greetham aka Liliskit

Alice Greetham aka Liliskit

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Alice Greetham, alias Liliskit, du blog Lili’s Kitchen qui a bien voulu répondre à nos questions.

Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

Végétalienne (à l’exception des œufs que je choisis toujours d’élevage en plein air), je suis une amoureuse des animaux et de la cuisine. Pour moi, sans viande et sans lait ne veut pas dire triste et fade. La gourmandise est en effet un paramètre que j’applique toujours dans ma cuisine ! Parisienne de naissance, je me suis exilée très récemment en Provence où je profite du soleil et du grand air (et où je monte ma boîte de communication, d’événementiel, de rédaction et de traduction).

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?

Contrairement à beaucoup, je ne peux pas dire que j’ai toujours aimé cuisiner. Dans ma famille, on aime manger et préparer des bons plats mais je m’y suis mise tard. Lorsque ma grand-mère a été hospitalisée, je crois qu’inconsciemment j’ai voulu prendre le relais. A ce moment-là, je passais du végétarisme au végétalisme et quand on ne mange ni viande ni laitages et qu’on est gourmand, eh bien il ne reste plus qu’à se mettre aux fourneaux… Et puis mon amoureux apprécie tellement ma cuisine (lui l’omnivore), que chaque jour, je veux faire plus et mieux… Enfin, depuis que j’ai mon blog, moi qui adore écrire et partager, cuisiner est ma passion.

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?

J’adore le bio et les produits que l’on trouve en épiceries fines. Pour la qualité des produits mais aussi pour le packaging que je trouve simple et raffiné. Je citerais donc Bjorg, Moulin des Moines, Au Bec Fin, Organi, Rustichella d’Abruzzo, Jean Hervé…

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez vous passer ?

Mon robot Magimix, sans hésiter ! Avec lui, je peux TOUT faire. Il est mon fidèle compagnon, celui grâce à qui je peux réaliser des pains, brioches, crumbles, salades, houmous, falafels… en deux temps trois mouvements !

Quel type de cuisine préférez vous ?

La cuisine dont je raffole le plus est la cuisine italienne. Elle est simple, sans prétention, nourrissante et conviviale. Lorsque je fais des pasta maison, des risotto, des gnocchi, des pizza, des focaccia, des ciabatta, des panacotta et des timarisu, je fais de la « vraie » cuisine. Je bats, je roule, je pétris… Il n’y a pas de chichis. La cuisine italienne est vraie, honnête… Comme elle devrait l’être.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

La farine ! Pour moi, la boulange est un challenge de tous les instants. A lire la recette d’une brioche, d’une pâte à pizza, d’une focaccia ou d’un croissant, on se dit que ce n’est pas si compliqué que ça. Mais un peu trop de farine, pas assez d’eau, ou au contraire trop d’eau, et vous vous retrouvez avec une pâte dure, qui colle aux mains, trop liquide, pas assez souple… Je m’y suis prise à 3 fois avant de réussir à faire lever ma première brioche… ça veut tout dire !

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?

Les pastéis de nata. Je ne connaissais pas et pourtant, j’avais une folle envie d’essayer. J’ai soumis les petites pâtisseries à mes voisins portugais qui étaient plus que ravis… comblés ! « Vous êtes une artiste » m’ont-ils dit. La semaine précédente, j’avais longuement écouté la voisine qui parlait de son mal du pays. Ces pastéis lui ont rappelé sa famille et lui ont remonté le moral. Si c’est pas une belle réussite, ça !

A quelle table aimeriez vous être invité ?

A celle de mes lectrices qui sont pour moi de fines cuisinières… Et puis à celle des blogueuses que je suis et qui me font rêver.

Interview de gourmet : Bertrand Anne

Bertrand Anne

Bertrand Anne, les pérégrinations d'un français gourmet en Finlande !

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Bertrand Anne auteur du site Cuisine et Traditions qui a bien voulu répondre à nos questions depuis la Finlande !

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?

A mon arrivée en Finlande en 2008, j’ai remarqué une grande différence entre la gastronomie française et la gastronomie finlandaise. J’ai donc assez rapidement lancé un blog « Ravintolaan » (comprendre « O resto »), afin de partager ma connaissance de la cuisine et de faire découvrir la gastronomie française aux finlandais. Depuis 2012, je me suis lancé dans la conception d’un site qui aura pour but de partager nos connaissances de la cuisine. Les sujets traités seront aussi divers et variés que possible : L’histoire d’un chef, d’un plat ou d’une denrée, bien entendu l’élaboration de mets, …

Il y aura aussi une partie réservé à la communication, c’est-à-dire, un chat, un forum,… Le but est de trouver/donner une réponse rapide et clair entre internautes, surtout quand les jaunes commencent à se grainer dans la sauce hollandaise…

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?

J’utilise essentiellement du Kenwood pour tout ce qui est électroménager, et j’ai toujours mes couteaux d’école, des Eurolams. Mais au bout de 10 ans, j’ai grandement besoin de les changer…

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez-vous passer ?

Mon couteau d’office. S’il y a bien un instrument en cuisine que je trouve indispensable, c’est bien le couteau. Après, j’aurais beaucoup de mal à me passer de ma spatule en Exoglass et mon fouet. J’adore la pâtisserie en règle générale.

Quel type de cuisine préférez-vous ?

J’ai un grand penchant pour la cuisine traditionnelle et régionale. J’ai l’avantage d’habiter en Finlande depuis maintenant 4 ans, et j’aime faire découvrir à ma belle-famille et mes connaissances la cuisine qui a fait la renommée de la France.

Ça va de la poule au blanc, spécialité normande, aux calamars à la provençale en passant par le Paris-Brest et autres pâtisseries.

J’aime aussi les produits de la mer, et ça vous étonnera sûrement, mais en Finlande la diversité du poissonnier laisse un peu à désirer. On y trouve certes le saumon et le hareng en grande quantité et sous toutes ses formes, mais à part ça, il n’y a pas forcément beaucoup de choix, ou à des prix frisant l’or (le filet de ½kilo de moule à pas moins de 8€).

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

Du fait de mes origines, j’oserais répondre LA CREME !!! Chaude, froide, brute, transformée, je la mange vraiment à toutes les sauces. Quand j’étais petit et lorsqu’on mangeait des fraises, on avait toujours droit au petit ramequin de crème fraiche épaisse sucrée. D’ailleurs, depuis que j’ai fait découvrir ça à ma moitié, je sais que je ne dois surtout pas oublier le ramequin lorsqu’on mange des fraises !

Et puis faut dire aussi, que si vous venez chez moi (d’ailleurs toute l’équipe est la bienvenue 😉 ), vous ne verrez jamais mon frigo dépourvu de beurre ou de crème.

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?

Je n’ai pas forcément de plats précis qui me viennent en tête. Ma plus belle réussite, je dirais c’est d’avoir su apporter la cuisine française en Finlande. Bon, quand je dis en Finlande, je parle de ma belle-famille et de mon entourage. Ici, le repas reste un besoin primitif. On mange parce qu’on doit survivre.

Les finlandais ont la fâcheuse tendance à penser que ce qu’ils font est mieux que ce que font les autres pays. Bon sur certains point ce n’est pas faux, mais pas sur la cuisine. Et donc, je suis assez heureux d’avoir su faire travailler leur sens du goût et du plaisir gustatif.

Je me souviens surtout du nouvel an 2010, où avec ma moitié et ses parents nous sommes restés pas moins de 7 heures à table ; Ce qui est chose impensable pour eux. C’est vraiment agréable de se sentir différent, d’avoir quelque chose que les autres non pas.

Il y a un passage du film « Addicted To love » qui résume un peu ce que je rescent : « Je ne me suis jamais senti autant français qu’en habitant ici. Tu connais Superman ? C’est moi et la France c’est comme Krypton. Sur Krypton tout le monde est Superman […] mais en arrivant sur Terre, j’ai aussitôt su que j’avais des pouvoirs particulier. » C’est vrai qu’il y a du bon d’être cuisinier français à l’étranger, mais je n’ai pas de super pouvoirs.

A quelle table aimeriez-vous être invité ?

Hormis celle de Chef Simon, pour sa créativité et son esprit… ouvert, le chef que j’ai toujours eu à la bouche est Maitre Bocuse. J’admire son parcours depuis les Troisgros, sa vision de la brigade et son respect de son personnel.

Interview de gourmet : Isabel Mota

Isabel Mota, auteure du blog Feuille de choux

Isabel Mota, auteure du blog Feuille de choux

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Isabel Mota auteure du blog Feuille de Choux qui a bien voulu répondre à nos questions.

Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

Isabel Mota, 28 ans, je vis à Strasbourg depuis peu. Je rédige le blog www.feuilledechoux.fr avec Laetitia, ma « best friend for life » ! Nous sommes 2 gourmandes qui avons voulu donner une dimension plus savoureuse à notre existence ! Nous venons du web alors pourquoi pas une aventure culinaire virtuelle ? On publie chaque jour une recette ou un article sur l’univers culinaire.
On aime tester des nouveaux produits, ou des recettes du monde et les partager avec ceux qui nous lisent. On propose aux personnes qui nous entourent de rédiger aussi sur des sujets qu’ils aiment.

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?

Quand j’étais petite, je faisais les gâteaux familiaux du dimanche. Puis, étudiante, j’ai nourri (avec plaisir) ma bande de copains affamés avec des plats conviviaux (mon 20 m2 au 7 ème étage sans ascenseur était un lieu de RDV, car juste à côté de l’école). Dans la vie, les moments conviviaux
s’accompagnent toujours de plats gourmands ou de douceurs.

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?

Aucune. La fidélité à une marque ce n’est pas mon truc ! J’aime la diversité et essayer de nouveaux produits. C’est valable pour les accessoires comme pour les ingrédients. Je crois plus à l’envie de faire pour réussir qu’à l’outillage !

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez vous passer ?

Mon appareil photo. Je voyage un peu, et c’est indispensable pour garder des souvenirs des paysages comme de ce que j’ai mangé d’étonnant ! Et puis pour Feuille de choux, on fait nos photos nous-mêmes et on essaie de les faire bien. J’ai un reflex Sony et je ne peux pas vivre sans lui. Les jours où je ne prends pas de photos sont très rares !

Quel type de cuisine préférez vous ?

J’aime la cuisine de terroir. Je chéris le terroir français qui offre de nombreuses personnalités. Mais j’affectionne aussi la cuisine méditerranéenne, orientale, asiatique ainsi que celle des îles. Ce qui est important pour moi, c’est l’authenticité d’une cuisine plus que ces origines.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

J’ai une attirance vers les produits artisanaux quels qu’ils soient. J’évite dans la mesure du possible les produits industriels. Et j’aime surtout les produits qui ont de la personnalité. Dans des registres très différents et dans le désordre : le comté, le gingembre, le chocolat 70%, la morue, les
aubergines, le curry, le foie gras… Tout ça quoi !

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?

La tarte Tatin à 4 mains, que l’on fait avec ma moitié. Il s’occupe du sablé breton et moi des pommes caramélisées. C’est une réussite au niveau du moment de partage et d’échange tout d’abord. Et puis, ne soyons pas modestes, c’est surement la meilleure tarte Tatin au monde ! Le sablé au beurre est bien épais, les pommes sont baignées dans le caramel au beurre. Servie uniquement avec de la crème fraîche épaisse, lorsqu’elle est encore tiède. C’est dans mon top 3 des desserts !

A quelle table aimeriez vous être invité ?

Bien qu’il soit très médiatisé, j’adorerai bruncher à la campagne avec Cyril Lignac. Je dois avouer que j’adore son accent, mais pas que ! J’aime sa chaleur et le fait qu’il soit très accessible. Il aime les gens, il partage avec générosité son savoir. De plus, il met en valeur les produits de terroir, en toute simplicité.

Interview de gourmet : Emilie Cabourg

Emilie

A la rencontre d'Emilie du blog Kriket’s cooking

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Emilie Cabourg qui a bien voulu répondre à nos questions.

Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

Je suis une jeune femme de 30 ans et maman de 2 petits garçons. Suite à notre déménagement en Martinique j’ai arrêté de travailler pour m’occuper de mes enfants. J’avais tout de même besoin de faire quelque chose de « concret » de ma vie, du coup j’ai créé mon blog culinaire il y a tout juste un an : Kriket’s cooking.

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?

Je crois qu’en tout premier lieu ça vient du fait que j’aime manger ! J’aime la bonne cuisine, les bons produits, les bonnes tables.
Ma maman est très bonne cuisinière et m’a initiée toute petite à une cuisine variée et équilibrée. Il y a aussi le fait que j’aime beaucoup recevoir, et c’est toujours sympa quand ça se fait autour d’un bon repas.
Alors voilà, petit à petit je me suis mise à cuisiner et y prendre vraiment goût.

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?

La marque Kenwood sans hésitation, ils ont un très large choix de petit électroménager et d’aides culinaires dont la qualité est irréprochable.
J’achète aussi beaucoup de produits de la marque Mastrad, leurs moules et ustensiles sont parfaits.
En ce qui concerne les produits à proprement parlé, j’achète principalement aux producteurs locaux.

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez vous passer ?

A vrai dire il y en a 2 : mon robot Kenwood et mon couteau de chef Zwilling. Je ne cuisine jamais sans eux.

Quel type de cuisine préférez vous ?

Difficile de répondre à cette question quand on est une vraie gourmande comme moi. Mais je pense que j’ai une légère préférence pour la cuisine italienne, pâtes, risotto, anti pasti et tutti quanti.
Mais j’apprécie aussi beaucoup la cuisine de ma région : la Normandie. D’autant plus que je suis une fan de fromages alors Camembert, Pont-L’Evêque et autre Livarot font partis de mes péchés mignons.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

Je crois que je dirais la volaille. Il y a tellement de combinaisons possibles, de méthodes de cuisson, et je sais que ça plaira à chaque fois. Je crois ne connaître personne qui n’aime pas la volaille.

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?

Je pense que celle-ci se trouve dans le domaine de la pâtisserie. C’est toujours délicat de se lancer dans la pâtisserie, il faut être rigoureux, précis et minutieux. J’ai réalisé un framboisier pour la fêtes des mères l’année dernière dont je suis assez fière, sans prétention aucune bien sûr.

A quelle table aimeriez vous être invité ?

Alors là, la liste est longue !!! Allez, je vais faire un top trois : Alain Passard, Michel Portos et Paul Bocuse.

Interview de gourmet : Marie Claire Saint Maux

Marie Claire Saint Maux

Marie Claire Saint Maux, une personnalité et des recettes qui vous prennent... aux tripes 🙂

Notre série d’interviews de gourmets continue. Aujourd’hui c’est Marie Claire Saint Maux qui a bien voulu répondre à nos questions.

Pouvez-vous svp vous présenter en quelques mots ?

Marie Claire Saint Maux 72 ans fiancée, vivant dans le péché. Maman de 3 enfants et de 11 petits enfants. J’ai quitté la Belgique quand j’avais 6 ans, hier ou presque, pour trimballer mes valises dans 13 pays d’Afrique du Nord, centrale, de l’Ouest, de l’Est et du Sud, d’Asie, d’Europe et d’Amérique du Sud. J’en ai visité 33 autres et vécu dans 76 maisons.

Diététicienne de formation. Artiste de naissance, probablement : http://www.afriquartquilt.be.
Gourmande par hérédité :  http://undemisieclederecettes.blogspot.com et http://latriperie.blogspot.com.

Qu’est-ce qui vous a amené à la cuisine ?

Ma maman adorait les bonnes et belles choses et était sans cesse à l’affût de recettes innovantes.
A 13 ans lors d’un des voyages de deux semaines en bateau de Belgique vers le Congo j’ai commencé mon premier carnet de recettes en notant les menus.
A 14 ans j’ai été invitée par les parents d’un ami de classe au resto, j’avais choisi des cuisses de grenouilles et un pigeonneau aux petits pois, c’est resté un grand jour dans ma mémoire.
A 18 ans comme j’avais vécu en pension, je ne savais pas cuire un œuf sur le plat ni préparer du café. Maman ne s’inquiétait pas, elle était certaine que ma gourmandise me tirerait d’affaire.
J’ai fait du chemin depuis et je garde par écrit, le souvenir de tous les repas que j’ai servis à mes invités depuis 1960. Je ne comptais pas du tout faire un blog avec le blabla qui va avec, mais plutôt un livre de recettes pour le transmettre à mes petits-enfants, mais Jean Paul Brigand* m’a grondée et depuis lors je fais un effort.

Quelles sont vos marques préférées en cuisine ?

Je n’ai aucune marque d’ustensile préférée. J’ai toujours, dans tous les pays défavorisés dans lesquels nous avons vécu, appris à me débrouiller avec les moyens du bord. Je déteste la société de consommation actuelle. Tout fait farine à bon moulin.

Quel est l’ustensile dont vous ne sauriez vous passer ?

Comme Cédric : le petit couteau. Je pars en vacances dans 2 jours, il est déjà dans la boîte de voyage.

Par contre si on me demande : quelles sont les épices dont je ne pourrais pas me passer ? Je répondrais que j’en emporte toujours une trentaine dans cette même boîte.

Quel type de cuisine préférez- vous ?

A peu près toutes en dehors du foie cru du Liban et des œufs fécondés et pourris des Philippines.

Quel est le produit que vous aimez particulièrement cuisiner ?

Pareil, presque tout, j’aime la variété. Je me suis lancée dans l’aventure d’un nouveau blog avec http://latriperie.blogspot.com pour que cette tradition ne s’évanouisse pas dans les mémoires. J’adore les abats.

Qu’est-ce que je n’aime pas cuisiner ?

Le sucré.

Quelle est votre plus belle réussite culinaire ?

Mon opinion varie, aujourd’hui je répondrais : des joues de boeuf aux patates douces et aux chataîgnes d’eau au curry vert. Avec l’accord de mes invités je m’accorderais de nombreux votes.

A quelle table aimeriez vous être invité ?

Au restaurant Incanto tenu par le Maître des abats Chris Cosentino dit offalchris.

* NDLR : Jean Paul Brigand édite le blog Lugar do Olhar Feliz, La cuisine du jardin. Jean Paul a bien voulu répondre également à nos quelques questions. Son interview sera publiée ici très prochainement.